La reconversion pas à pas

Anthony Bourdain s’en est allé explorer l’inconnu

images (36)

C’est une rock star qui vient de nous quitter. Un chef, un conteur exceptionnel, un voyageur. Provocateur mais sage, exaspérant et pourtant bienveillant, sans aucun doute accro à la célébrité mais aussi malheureusement capable de dissimuler à des millions de fans le gouffre de douleur qui a fini par l’engloutir, Anthony Bourdain s’en est allé.

Je n’ai rien d’une midinette (bon si ok un peu peut être), mais c’est bien la première fois que le décès d’une « personnalité » me provoque autant de peine. A vrai dire, même si cela peut sembler outrageusement mélodramatique, j’ai du mal à imaginer un monde sans lui.

Anthony Bourdain était un humaniste, un vrai. Fasciné par l’histoire de chaque personne qu’il aura croisé au cours de ses innombrables voyages, obsédé à l’idée d’aller montrer comment la vie se déroule ailleurs, et surtout passionné par la diversité et la beauté du monde.

Le net regorge d’articles à son sujet depuis 5 jours et il n’y a pas grand chose d’autre que je puisse ajouter au concert de louanges qui lui est adressé, si ce n’est ceci : Anthony Bourdain enjoignait ceux qui le suivaient à voyager, à sortir de leur zone de confort, à prendre le risque d’aller vers l’autre et surtout à ne pas juger.

Alors lisez « Kitchen confidential » un de ses best sellers hilarants dévoilant sans aucun fard les coulisses du monde de la restauration, jetez vous sur les replays de ses émissions absolument géniales (« Parts unknown », « No reservation » etc.), et puis prenez un billet pour une destination inconnue, buvez un coup avec ce voisin de palier avec qui vous n’avez jamais échangé plus de 3 mots, riez avec quelqu’un que vous aimez, chantez, pleurez, vivez.

Et quoi qu’il arrive : soyez doux envers vous même.