La reconversion pas à pas

CAP en pâtisserie : c’est fait!

IMG_1081 (2)Je pourrais vous dire que ce matin en ouvrant mes mails et en recevant la nouvelle, j’ai ressenti un immense soulagement, que j’ai enfin eu la confirmation que ces 9 mois de formation intense, que tous ces efforts financiers, personnels avaient fini par payer et que j’en étais folle de bonheur.

En réalité ce matin, j’étais très très contente mais pas totalement surprise (en tous cas pas dans le mauvais sens). En réalité la formation de l’ENSP a ce grand avantage que lorsque vous quittez l’école (il y a un mois et demi maintenant) vous avez déjà une petite idée des résultats finaux. Quels qu’ils soient d’ailleurs.

Donc oui ce matin en ouvrant mes mails j’étais très heureuse, mais c’était plus une confirmation de ce que je pressentais qu’une vraie nouvelle. Aucune arrogance ici, je ne prétend pas qu’en tant que star de la pâtisserie, l’échec n’était pas envisageable, simplement que le processus pédagogique de l’école où j’ai été formée est suffisamment sécurisant pour éviter les très mauvaises surprises.

Ne vous méprenez pas, intégrer l’ENSP, ne signifie pas que le CAP est acquis d’avance (et même pas du tout), ni que tout ça ce fait les doigts dans le nez (ce qui est d’ailleurs interdit, vous n’avez pas lu les cours d’hygiène ou quoi?). Vous passez l’examen du CAP à l’ENSP avec les mêmes critères d’exigence qu’ailleurs en France, j’ai même tendance à penser que les profs sont un poil plus durs.

Croissants pesés au gramme près (plus de 50g de chutes? ça va pas), alignement parfaitement rectiligne des fraises (hop y en a une inclinée à 88 degrés et pas 90, ça ne va pas non plus), décors en chocolat parfaitement tablé, déco en ligne avec le thème imposé j’en passe et des meilleures, nos profs ne sont pas là pour être gentils mais bien pour valider des gâteaux qui doivent être parfaitement commercialisables.

Déco

En revanche, l’avantage de l’ENSP c’est de passer les examens « à domicile » c’est à dire dans les laboratoires de l’école, et d’être noté par vos professeurs qui vous connaissent et qui vous ont formé.

C’est LE grand point fort de cette formation : à la différence de la plupart des autres écoles de pâtisserie, l’acquisition de vos compétences techniques ne se joue pas à la roulette russe en fonction de la compétence du maître de stage que vous aurez trouvé. Comme les autres élèves, nous effectuons des stages (2 stages d’un mois chacun) mais ces stages sont avant tout des occasions de nous dégoûter du familiariser avec le monde du travail. Tout enseignement technique est un vrai plus, mais si vous avez passé un mois à faire la vaisselle, à déballer des cartons de crème et/ou à vous faire engueuler pour un oui ou pour un non (ce qui soyons honnête arrive dans pas mal de cas…) vous ne serez pas pénalisés.

3

Peu importe ce que vous aurez appris en stage, c’est à l’école que vous apprendrez à faire un beau tourage, à dresser parfaitement vos éclairs ou votre cartouchière de biscuit cuillère. C’est également grâce à vos professeurs que vous saurez réaliser un glaçage miroir impeccable et sans bulle, à monter un entremet avec des couches régulières ou plus prosaïquement à garder un plan de travail propre et organisé. Une fois, dix fois, vingt fois jusqu’à ce que cela soit maîtrisé. Et c’est bien ça qui compte au moment de passer le CAP. La formation en contrôle continu de l’ENSP offre par conséquent un filet de sécurité non négligeable, c’est d’ailleurs la principale raison pour laquelle j’ai choisi cette école. Je peux vous dire qu’au moment de passer les examens, je me suis vraiment bénie d’avoir fait ce choix.

En laissant Yssingeaux derrière moi le 17 mai, je savais donc déjà à peu près à quoi m’attendre. Mes examens s’étaient bien passés, dans un cadre familier et sécurisant, et c’est avec un esprit plutôt serein que j’ai attendu les résultats jusqu’à ce matin. Pas de mauvaise surprise au réveil, pas d’angoisse ni de boule au ventre ces dernière semaines. Pas de doutes existentiels (et si j’avais fait tout ça pour rien au final?). De l’attente, de l’espoir, une certaine tranquillité d’esprit…

Et dans l’univers rempli d’incertitudes qu’est la reconversion, croyez-moi : une de moins c’est toujours ça de gagné.

 

4 réflexions au sujet de “CAP en pâtisserie : c’est fait!”

  1. Je pense que j’etais moins tranquille que toi sur tes résultats, je dois être d’un naturel inquiet (après ce qu’ils ont fait à mon étoile, je me méfie de tout, maintenant !)
    Je suis très très très heureux de cette réussite
    J’aurais bien dit « je t’embrasse », mais je vais te faire mal avec le casque
    Plaisanterie à part, toutes mes félicitations, c’est vraiment génial !!!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s